Présentation

l'Interdisciplinarité

Les recherches centrées sur les relations qui se tissent entre les sociétés et leurs environnements, qu’il s’agisse de comprendre des dynamiques agricoles, des évolutions des paysages et de leurs composantes physiques, des pratiques d’aménagement ou de production, etc., s’appuient de plus en plus sur un dialogue entre sciences de la nature et sciences de la société. C’est ainsi que les institutions de recherche, comme c’est le cas de l’ISRA ou de l’IRD, encouragent le décloisonnement des disciplines et des équipes de recherche et plus globalement l’interdisciplinarité.

L’interdisciplinarité, quelle que soit la manière dont chacun de nous la conçoit, la pratique, la vit ou l’envisage, implique nécessairement la rencontre de cultures scientifiques différentes. En effet, qu’il s’agisse de la recherche de financements, de l’encadrement d’un stagiaire ou d’une thèse, du travail de terrain ou de la publication, l’interdisciplinarité impose d’articuler des manières de faire et de penser qui peuvent être très différentes… sans nécessairement que les différences ne soient perçues d’emblée par les personnes qui entrent en dialogue.

 

L’un des présupposés fondateurs de la Plateforme Interdisciplinarités (https://www.ird.fr/psf-interdisciplinarites-2021-2023) est le suivant : on ne peut envisager l’articulation de pratiques scientifiques avant d’avoir saisi ce qui les rend différentes, et parfois mêmes difficilement conciliables. La Plateforme Interdisciplinarités s’appuie sur un autre constat simple : les sciences de la nature et les sciences de la société ne partagent pas le même langage. Ainsi, certains mots sont des concepts pour autrui, et portent des histoires et des épistémologies variées (par ex. ressource, système, société, dynamiques, science, savoirs, enquête, terrain, et tant d’autres encore). Ils orientent la pensée, les pratiques. La profondeur de ce qu’ils recouvrent est difficile à expliquer en quelques mots. Et bien souvent les tentatives d’explicitation perdent les interlocuteurs d’autres disciplines… qui ne saisissent pas toujours d’ailleurs l’intérêt de débats sans fin sur le choix de ces « mots ». De la même manière, chaque discipline construit par ses observations, son histoire et son degré d’analyse une complexité toujours plus grande de ses objets. Complexité dont les interlocuteurs d’autres disciplines ne saisissent bien souvent pas les subtilités et les implications.

Le PSF Interdisciplinarités s’est donné pour but d’ouvrir et de structurer des espaces de dialogue pour faciliter la rencontre interdisciplinaire et imaginer ensemble des outils pour initier, encourager et fluidifier la pratique interdisciplinaire. La Plateforme Interdisciplinarités se construit ainsi autour de personnes, d’outils d’animation et de supports pour organiser le dialogue.

 

« L’interdisciplinarité par la pratique du dialogue interdisciplinaire » est une formation expérimentale, dans la mesure où il s’agit de tester et de façonner ensemble des outils pour cadrer le dialogue et pour avancer ensemble vers une compréhension mutuelle et un dépassement des éventuels écueils de la rencontre interdisciplinaire. Pour cela, la formation s’appuiera sur l’existant (bibliographie et expérience des participants) et proposera de se mettre ensemble « en situation » par l’élaboration de programmes de recherche interdisciplinaires factices (ou pas).

Membres de l'équipe.

Favoriser un dialogue interdisciplinaire à la fois respectueux de la diversité de nos positionnements respectifs et producteur de plus grandes compréhensions....

Jeanne RIAUX

IRD/UMR G-EAU, FRANCE

Cheikh Sadibou FALL

ISRA/BAME DAKAR

Ahmad Salem MOHAMED

ESP NOUAKCHOTT

Jeanne Riaux est anthropologue à l’IRD, dans l’UMR G-eau, une équipe de recherche pluridisciplinaire centrée l’eau. Elle a d’abord travaillé sur des systèmes irrigués anciens au Maroc et dans les Pyrénées. Elle a ensuite choisi de travailler sur les eaux souterraines avec des hydrogéologues en Tunisie, puis au Sénégal et en Mauritanie. Ses recherches sont résolument tournées vers le dialogue interdisciplinaire. Ce dialogue est nécessaire pour saisir certains enjeux de l’eau, notamment autour des questions d’accessibilité des ressources, mais aussi de construction et de circulation des savoirs hydrologiques.C’est cette « nécessité » qui l’a amenée à vouloir penser et faciliter le dialogue entre chercheurs des sciences de la société et des sciences de la nature. Objectif qui est à l’origine de la Plateforme Interdisciplinarités. Le travail de construction avec Cheickh Sadibou Fall au Sénégal et Ahmed Salem Mohamed en Mauritanie a permis de proposer de nouvelles façons d’interagir et de travailler en interdisciplinarité qui sont partagées à travers la Plateforme « Interdisciplinarités ».

Cheickh Sadibou FALL est économiste au Bureau d’Analyses Macro-Economiques de l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA-BAME) depuis 2006. Il est titulaire d’un doctorat en Économie de l’Université de Pau en France et d’un DEA en Économie et Statistique de l’Université libre de Bruxelles en Belgique.

Ses domaines de recherche sont principalement les politiques agricoles et commerciales, ainsi que l’analyse des chaînes de valeur et des systèmes agricoles. À côté de ses activités de recherche, il a enseigné entre 2006 et 2012 les statistiques (Université Cheikh Anta Diop), l’introduction aux méthodes quantitatives (Université de Pau) et l’économie du développement (ENSAE-Sénégal). Par ailleurs, Dr Fall est aussi membre de certains réseaux panafricains de recherche sur les politiques et la modélisation comme Agrodep et PANAP.

Il est co-porteur de cette plateforme « Interdisciplinarités » avec Jeanne Riaux de l’IRD et Ahmed Salem Mohamed de l’ESP Nouakchott

Ahmed Salem Mohamed est enseignant chercheur, hydrogéologue, à l’Ecole Supérieure Polytechnique de Nouakchott. Il est membre-initiateur de l’association des hydrogéologues mauritaniens et co-porteur de la JEAI Hassi (hydrogéologie en société).

Il consacre ses travaux de recherche aux ressources en eau souterraine des zones semi-arides et plus particulièrement les régions sahéliennes : fonctionnement, recharge, évolution et impact de changements globeaux sur ces ressources.

Avec Jeanne Riaux (IRD) et Cheikh Sadibou Fall (ISRA-BAME), il co-anime la plateforme d’Interdisciplinarité.